En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Devenir Maman, c'est 12 mois de grossesse.

Devenir Maman devrait susciter une préparation psychologique et nutritionnelle plusieurs mois avant la procréation.
            C’est le corps de la future Maman qui abritera, protégera et permettra le développement de son futur bébé.
            De la bonne santé physique et psychologique de la Maman dépendra le bon développement du fœtus. Il convient donc, pour elle, de se pencher sérieusement sur sa façon de se nourrir plusieurs mois avant la conception.
            Une mauvaise alimentation, les contraceptifs oraux (pilule) peuvent induire des carences en magnésium et vitamines du groupe « B » dont la vitamine B9. Diverses études ont démontré qu’une complémentation en « B9 » avant la conception et durant les 3 premiers mois diminue les risques de malformation du bébé (spina-bifida, fente labio-palatine, malformations cardiaques) et avortements spontanés.
 

Les contraceptifs intra-utérins (stérilets) souvent associés à des règles abondantes augmentent les risques d’anémie (carence en Fer) alors qu’il est l’un des nutriments essentiels à la synthèse des hormones thyroïdiennes. Une bonne alimentation se traduit par un apport équilibré en protéines, glucides, lipides, vitamines, oligo-éléments, minéraux. C’est certainement dans le mode alimentaire du type Méditerranéen que se trouvent en grande quantité ces éléments. Cela consiste à consommer beaucoup de fruits et de légumes de saison (cuits ou crus) du poisson, de l’huile d’olive et peu de viande.
            Les protéines servent à la synthèse des tissus vivants. Ils assurent la croissance du fœtus, du placenta et de l’utérus de la future Maman. Il est nécessaire d’en varier la source entre les protéines animales et végétales (poisson, viande, légumes secs, œufs)
            Les glucides constituent une source d’énergie et nos réserves en sucres sont limitées et nous devons en apporter par l’alimentation.
 

Les desserts, confiseries sont des sucres rapides qu’il faut éviter et leur préférer des sucres lents comme le riz complet, céréales complètes, légumes secs..) Contrairement aux sucres rapides, les sucres lents limitent la production d’insuline et les malaises hypoglycémiques. Il faut également « modérer » la consommation des céréales raffinées, pommes de terre, riz blanc, car ils peuvent augmenter considérablement la glycémie et provoquer des diabètes.
            Afin de limiter le stockage des glucides sous forme de graisse, il est conseillé des les associer avec des légumes.
Les lipides (matières grasses) sont une source d’énergie pouvant se stocker en quantité dans notre corps, il convient en cas de surpoids d’en limiter la consommation

Quelles graisses consommer pour la grossesse ?

Les graisses saturées (beurre, laitage, chocolat, huile d’arachide) sont à consommer avec modération ou uniquement lors du petit déjeuner afin de réguler le taux de cholestérol. Les graisses mono-insaturées (huile d’olive, colza, avocat..) les AGPI (acides gras polyinsaturés) riches en oméga 3 et 6 sont essentiels à notre organisme. Ils auraient des effets positifs sur le développement neurologiques des prématurés.
            Un manque d’oméga 3 durant la grossesse peut avoir des conséquences sur le développement du cerveau du fœtus et occasionner l’apparition de syndromes dépressifs chez la Maman avant et après l’accouchement (Baby blues)
            Les oméga 3 favorisent le développement de la vision (DHA) et possèdent des propriétés anti-inflammatoires (EPA).
            Il ne faut surtout pas négliger l’apport en iode et tyrosine indispensable à la croissance du fœtus et du futur Bébé. La carence en iode implique des dommages irréversibles au cerveau et un retard de croissance physique et mentale (crétinisme).
 

Et oui, la France pays incontestable de la gastronomie !!!!

Les vitamines, oligo-éléments, minéraux et autres nutriments sont donc très importants pour garantir la bonne santé de la Maman et du futur Bébé. Or, de nos jours, de nombreuses femmes sont carencées lors de leurs grossesses et n'ont donc pas les apports nutritionnels conseillés.
            Les probiotiques jouent également un rôle important, par exemple l’une des souches Lactobacillus rhamnosus LGG est nécessaire en prévention de l’allergie du nourrisson.
 

Alors à la question dois-je me supplémenter pour ma grossesse ?

La réponse est : OUI et le plus tôt possible, sans oublier d’arrêter de consommer du tabac, de l’alcool et toute autre drogue.
 

Actualités

Découvrez nos Stages & Ateliers.
Faites plaisir, et faites-vous plaisir..
 

Nos petits plus

  • Approche globale pour le
  • corps et le psycho-émotionnel